Expérience Client UCX DIGITAL

Expérience client sans tenir compte de l’usage du numérique ?

Expérience client sans tenir compte de l’usage du numérique ?

La notion d’expérience client et son amélioration est toujours à l’ordre du jour depuis plusieurs années… Lorsque l’on parcours le web, on remarque que beaucoup de structures n’ont pas encore fait converger leur site web vers l’expérience client.

Or, aujourd’hui, pour beaucoup d’individus, futurs acheteurs, et surtout pour les jeunes générations, la totalité des achats commencent d’abord par une recherche internet.

Qu’il s’agisse d’achat de biens personnels, de produits ou services professionnels améliorer l’expérience client d’un site web devient vital.

Du client roi à l’utilisateur roi et inversement…

Les utilisateurs ne vont pas tous/toutes devenir clients, c’est un fait. Pour autant, il convient de repenser son site web.

Il faut prendre en compte son ergonomie et accessibilité à l’heure où les accès proviennent de divers terminaux.

Et, surtout, bien se mettre dans la peau de l’utilisateur…

Il devient ainsi primordial de donner à l’utilisateur, au visiteur, peut être futur(e) client(e) du plaisir à parcourir votre site web.

Comment? En ayant adopté en amont une démarche UX & UI design … La vision doit être claire et il est nécessaire de “s’obliger” à travailler sur le concept de “persona”.

De la modernité du site internet: augmenter le nombre de visites et faire tomber le taux de rebond…

Après cette notion de dépôt et protection de “nom de domaine”, qui peut prendre de la valeur, il est question aussi d’élargir une réputation commerciale déjà existante ou à venir.

Réputation qui souvent se confond avec l’image de marque.

Avoir un site web “des années avant 2000” donnera l’image d’une entreprise qui n’est pas tournée vers la modernité, vers le “digital”.

Le visuel est important, l’utilisateur a besoin d’une expérience interactive, claire, dynamique et rapide.

Cela d’autant plus que grâce à l’UX/UI design il devient plus aisé de mettre en place du contenu pour l’adapter à différents formats de lecture.

Il s’agit de chercher la cohérence, un style unique, pour ne pas perdre l’utilisateur, optimiser son expérience in fine l’aider dans sa réflexion et son “parcours” d’achat.

 De l’expérience utilisateur et interface

On entend souvent parler de User eXperience ou UX.

Cela regroupe plusieurs choses: architecture du site, visuels, marketing mais surtout l’interface. Le design de cette dernière détermine grandement l’expérience vécue par le visiteur ou client sur le parcours du site internet. S’il doit faire des efforts il ne restera pas longtemps sur le site…

L’utilisateur doit passer avant le message de l’entreprise…Il y a lieu de concevoir le site de manière à ce que le visiteur puisse se rendre simplement et assez “naturellement” vers ce qu’il cherche.

Enfin sur les aspects contenu, le site doit être suffisamment aéré et lisible. Le contenu doit aider le visiteur à répondre à des questions qu’il pourrait avoir, plutôt que de rester sur la promotion des offres ou produits.

Pour ce qui est des formulaires, ils présentent aussi leurs avantages que ce soit pour les équipes marketing et/ou commerciales (“smarketing”) .

Et si l’on se posait ces mêmes questions pour les sites institutionnels des services publics?

A suivre…

Pourquoi des LMS devraient ils être mis en œuvre dès maintenant pour préparer l’avenir dans les pays émergents?

Pourquoi des LMS devraient ils être mis en œuvre dès maintenant pour préparer l’avenir dans les pays émergents ?

Pourquoi des LMS devraient ils être mis en œuvre dès maintenant pour préparer l’avenir dans les pays émergents ?

Depuis le début de ce 21ème siècle nous constatons bien une transformation du monde, de la société et face à cela la notion de connaissances et compétences sont aussi en cours d’évolution.

Les parcours humains ont radicalement changé : au siècle dernier un diplôme pouvait suffire pour toute la carrière. Carrière qui se déroulait sur le même poste de travail ou entreprise. Aujourd’hui, face à un monde qui change et où tout s’accélère, une carrière linéaire paraît désuète (sauf bien sûr pour certains métiers fondamentaux…).

Les générations nées dans les années 1990, berceau de l’entrée dans le monde de « l’information », ayant eu la chance d’être dans les premiers foyers équipés d’ordinateur personnel et internet, ont pu apprécié et acquérir des nouvelles expériences, formes d’apprentissages, développement de la motricité fine…

Avec la « démocratisation » de ces accès et la multiplication de terminaux numériques il est incontestable qu’une grande partie de la population humaine est entrée dans une ère de savoirs sans nécessaire présence physique humaine…

Les récentes décisions dans certains pays et orientations, que prendront d’autres aussi prochainement, ouvrent la voie à ceux qu’on appelait parfois, avec un terme péjoratif, les « autodidactes ».

La notion de nécessité de la formation tout au long de la vie et les décisions politiques prises ici ou ailleurs montrent bien aussi que se reposer sur un simple diplôme ne suffit déjà plus. 

La notion d’expérience est en train de changer radicalement. Elle ne s’appuie plus sur le nombre d’années passées sur un poste, mais plutôt sur ce que l’on nomme les compétences transversales et l’intelligence émotionnelle.

L’on a vu le nombre de personnes qui pendant la période de confinement ont su clairement tirer profit en s’investissant dans l’acquisition ou validation de nouveaux savoir à travers des cours et certifications en ligne.

Le numérique a pris une place considérable de nos jours en intégrant à la fois les acteurs du dispositif, la stratégie pédagogique, les processus de gestion de la formation, les indicateurs de suivi et bien sûr les contenus de formation.

Il est temps pour les décideurs du monde de l’éducation et aussi des entreprises, dans les pays émergents en particulier, de repenser au fondement de leurs missions autour de la notion de compétences et transmission de savoirs. Il s’agit d’apprécier le fait qu’il est possible maintenant d’acquérir des connaissances sans nécessité de présence physique, à priori et notamment à partir du moment où l’on dispose d’une autonomie en savoirs fondamentaux (lecture, écriture, calcul…). Beaucoup ont déjà, certes, emprunté cette voie mais il reste encore du chemin à faire au global.

L’école doit transmettre, avec la présence physique des enseignants, les savoirs fondamentaux (jusqu’à un certain âge), les valeurs d’une nation. Et surtout partager l’expérience humaine autour des compétences transversales. Ce sont elles qui permettront aux futures générations de contribuer en tant que citoyen du monde et de s’adapter rapidement dans ce monde qui change. D’autres savoirs peuvent être rapidement adaptés à la culture ou aux besoins selon les pays grâce à l’utilisation de plateformes d’apprentissage.

UCX DIGITAL

WEBINAR UCX DIGITAL

Notre contribution avec le Club Des Dirigeants MAROC

Nous avons eu le plaisir de contribuer le 27 Juin 2020 à un webinar organisé par le Club Des Dirigeants Maroc.

Nous avions l’honneur de répondre à la question posée par le CDD:

“Les stratégies numériques sont-elles différentes en fonction des marchés existants ?

Voici l’extrait de la première partie, vous pourrez retrouver l’intégralité sur notre chaîne Youtube